la révolte paysanne de 1358


 

LA RÉVOLTE PAYSANNE DU PRINTEMPS 1358
Jacques de Tremblay et du Pays de France

Cette révolte est connue sous le nom de « Jacquerie »

Elle éclata au printemps 1358 sous le règne de Jean le Bon, prisonnier des Anglais à la suite de la défaite de Poitiers en 1356.
Elle a de nombreuses causes, économiques et politiques :
L’épidémie de Peste Noire en 1348 qui dégrada la situation sanitaire,
la chute du cours des céréales, l’aggravation de la pression fiscale due à la levée de l’impôt pour payer la rançon du Roi, prisonnier, appauvrirent les paysans, principalement en Pays de France, grande région céréalière.
L’anarchie du pays n’arrangea pas la situation. Le Dauphin, âgé de 19 ans était en butte à l’opposition du Prévôt des Marchands, Etienne Marcel, et de la bourgeoisie de Paris. Les mercenaires, licenciés par les Anglais, se répandirent dans le pays, pillant et dévastant les campagnes, soutenus et organisés par Philippe dit « le Mauvais » Roi de Navarre, beau-fils du Roi de France. Emprisonné par le Roi, il fut libéré par Etienne Marcel.

 

HOMMES D’ARMES AMENANT DES PAYSANS ENCHAÎNÉS
Gravure extraite des Chroniques de Jehan Froissart, Paris, Hachette, 1880.
- d’après le manuscrit de la B.N. Ms. Fr. n° 2813 -

Des lettres de rémission décrivent des « rassemblements de paysans » contre les nobles du royaume, incapables de les protéger.

La révolte se répandit à partir de Cormeille en Parisis, Montmorency, Deuil et Vémars. Etienne Marcel sut exploiter le mécontentement des paysans. Parmi les révoltés on trouvait des membres de la bourgeoisie marchande qui reçurent l’ordre d’utiliser les paysans au besoin par des menaces, pour des missions de destruction des biens des nobles. Leur itinéraire les conduisit jusqu’à Meaux par Saint-Denis, Gonesse, Tremblay. Le manoir de Pierre d’Orgemont à Gonesse fut pillé et détruit.
Quatre Tremblaysiens participèrent au sac de Meaux : Jehan de Quincy, Guillot le Charpentier, Reli du Four et Jehannin Coulon.

LA BATAILLE DE MEAUX
Gravure extraite des Chroniques de Jehan Froissart, Paris, Hachette, 1880.
- d’après le manuscrit de la B.N. Ms n° 2645

 

 

 

Toutes ces exactions furent réprouvées par Etienne Marcel, ce qui n’empêcha pas sa chute et son assassinat le 31 juillet 1358.
Le Dauphin négocia le 21 août 1359 un accord de paix avec le Roi de Navarre et l’essentiel de ses forces fut utilisé ensuite pour chasser l’Anglais.

 

PRINCIPALES ROUTES DE TERRE AU MOYEN ÂGE
d’après Guy FOURQUIN
Les campagnes de la région parisienne à la fin du Moyen-Âge. P.U.F, 1964.

 

Bibliographie

Hervé REVEL : La révolte paysanne en Pays de France, Jacques de Tremblay et du Pays de France, bulletin de la SEHT, n°17 année 1993, pages 2 à 3.



Réagir


CAPTCHA