les vitraux de la partie haute de la 9eme travée

LES VITRAUX DE LA PARTIE HAUTE DE LA 9ème TRAVÉE

 

Vitrail supérieur nord :
MOÏSE dressant le serpent d’airain

Conçue par l'atelier LUSSON, la partie supérieure de la 9ème travée est dédiée, du côté nord, à MOÏSE dressant le serpent d’airain (Nombres, XXI : 4-9).

Dans la partie gauche de ce vitrail, on aperçoit la tour d’un donjon qui domine, à l’arrière-plan, deux chevaliers montés, en armure. Au premier plan, gisent deux cadavres rappelant les maux qui frappent les Hébreux, parce que ceux-ci ont péché en murmurant contre MOÏSE et contre DIEU. La foule regarde le serpent d’airain que MOÏSE a dressé selon les instructions du Seigneur. Cet emblème a le pouvoir d’immuniser contre les morsures des serpents, représentation symbolique du Mal, ceux qui tournent leur regard vers lui. Pour les chrétiens, cet épisode est le symbole de la confiance avec laquelle ils doivent tourner leurs regards vers JÉSUS crucifié. La portée symbolique est soulignée par la présence, au-dessus de MOÏSE, d’un Christ représenté en majesté.

« De même que le serpent de bronze fut élevé par MOÏSE, ainsi faut-il que le Fils de l’homme soit élevé, afin que tout homme qui croit obtienne par lui la vie éternelle. » (JEAN III, 7 à 15).

Ce message est souligné par le thème de l’imposte qui surmonte la baie, un Christ en majesté encadré de deux anges.

 

Vitrail supérieur sud :
La source miraculeuse dans le désert

Côté sud, le vitrail supérieur de la 9ème travée illustre l’épisode de l’Exode (XVII : 1 à 7) dans lequel Moïse fit jaillir, dans le désert, une source miraculeuse, en frappant un rocher de son bâton. L’eau jaillit en une véritable cascade. Cette abondance symbolise la sollicitude de Dieu, qui pourvoit aux besoins de son peuple.

Le manque de réalisme du paysage, dont la verdeur est loin d’évoquer le désert, souligne la portée symbolique de l’interprétation.

Ce vitrail rappelle également les nombreux épisodes des Évangiles où le thème de l’eau est associé à JÉSUS, comme dans Saint JEAN, IV, 1 à 42. « Si tu connaissais le don de DIEU et qui est celui qui te dit : "Donne-moi à boire", c’est toi qui aurais demandé et il t’aurait donné de l’eau vive. »

La scène centrale du vitrail est complétée par les figures représentées dans l’imposte qui surmonte la baie : DIEU le Père encadré de deux anges. Notons que DIEU porte le monde dans sa main droite, symbole de son pouvoir, souligné par le sceptre qu’il tient dans sa main gauche.



Réagir


CAPTCHA