les vestiges des vitraux renaissance

LES VESTIGES DES VITRAUX RENAISSANCE

 

Les mouchettes qui surmontent la grande baie sont du XVIème siècle.

Elles représentent le Jugement dernier avec DIEU le Père au sommet, surmontant les trompettes du Jugement dernier. À la droite de DIEU le Père, les âmes des repentants montent vers Lui, à sa gauche les endurcis chutent vers l'abîme. Ces vestiges de la verrière Renaissance ont été protégés par la hauteur. Leur thème s'harmonise parfaitement avec la composition d'Antoine LUSSON père, le Jugement étant la conclusion ultime de tout l'enseignement judéo-chrétien.

Dans les inscriptions de la France, ouvrage antérieur à l’intervention des ateliers LUSSON, M.F. GUILLERMY a relevé la date de 1573, sur les restes des vestiges Renaissance. Le fragment daté n’a pas été remis en place par Antoine LUSSON, sans doute parce qu’il se trouvait dans la partie de la baie où il a placé sa création originale. Les ateliers LORIN, qui ont effectué de 2005 à 2007 la restauration de la
totalité des baies confirment l’origine Renaissance de la scène du Jugement dernier qui figure dans les mouchettes de la grande baie. En revanche, il n’a pas été trouvé trace de la date relevée par GUILLERMY.

VITRAIL RENAISSANCE :
Les trompettes du Jugement dernier

Dieu le Père est représenté en majesté, au sommet du vitrail.

Certaines parties du vitrail sont très assombries. La position haute de cette pièce lui a permis d’échapper aux incidents qui ont détruit les vitraux Renaissance de l’édifice.



Réagir


CAPTCHA