les vitraux des chapelles latérales du chevet

LES VITRAUX DES CHAPELLES LATÉRALES DU CHEVET

La 9ème travée possède, de part et d’autre du chevet, deux chapelles latérales dédiées à la Vierge au nord, à la Sainte Famille au sud.

c

Chapelle latérale nord du chevet vitrail gauche :
L’Annonciation

Le premier vitrail de la chapelle latérale nord de la 9ème travée est l’Annonce faite à
MARIE. L’artiste a interprété librement le récit de Saint-LUC (LUC, I : 26-38). L’Ange GABRIEL interpelle MARIE, agenouillée devant son prie-Dieu. Il tient à la main un lys, symbole de pureté. Il porte une croix à son cou. Celle-ci annonce le destin de l’enfant qui naîtra de MARIE.

LUC, I : 26-28 : Au sixième mois, l’ange GABRIEL fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée appelée Nazareth, vers une vierge qui était fiancée à un homme de la maison de DAVID, nommé JOSEPH; et le nom de la vierge était MARIE. Etant entré où elle était, il lui dit: « Salut, pleine de grâce ! Le Seigneur est avec vous. »

Chapelle latérale nord vitrail droit :
Le Couronnement de la Vierge

Le vitrail suivant de la chapelle latérale nord du chevet jouxte la grande verrière. Il représente le Couronnement de la VIERGE. Elle figure, assise sur un trône, à la droite de JÉSUS-CHRIST qui dépose une couronne sur sa tête.
L’inscription VENI ELECTA MEA, tirée du Cantique des cantiques, rappelle que MARIE est l’élue de Dieu. Quatre anges entourent la scène : deux sont en prière, deux autres interprètent un air d’allégresse, à la harpe et au violon.
La VIERGE est vêtue d’un manteau bleu, constellé d’étoiles, le CHRIST d’un manteau de pourpre, insigne de la royauté. Le drapé de ces deux vêtements, à la différence de celui des autres vitraux, est à peine esquissé, ce qui confère aux personnages une certaine raideur.

 
 

Chapelle latérale sud du chevet, vitrail droit :
La Sainte-Famille

Le premier vitrail de la chapelle latérale sud de la 9ème travée est dédié à la Sainte Famille. JOSEPH charpentier est représenté dans son âge mur. Penché sur son établi, il travaille à la varlope une pièce de charpente.

Au premier plan, JÉSUS adolescent façonne une pièce, qui semble l’ébauche d’un instrument de musique. Il tient en main une plane concave. La scène, typique de la morale chrétienne du XIXème siècle, est à la fois un éloge de la famille, du travail et de l’éducation, le tout sous l’oeil attendri de MARIE, qui tient une quenouille, évocation d’une occupation typiquement féminine.

Il existe un rapport étroit entre ce vitrail et le bas-relief la Fuite en Egypte, situé à proximité, dans lequel JOSEPH, à l’avant de l’équipée, guide l’âne qui conduit la Sainte famille hors de portée des hommes de main d’HÉRODE (MATTHIEU, II : 13-15).

 

Chapelle latérale sud du chevet, vitrail gauche :
La mort de JOSEPH

Le vitrail gauche de la chapelle latérale sud du chevet jouxte la scène de la crucifixion de la grande verrière. Le thème de la mort est encore présent dans ce vitrail. Le sujet n’est pas tiré des textes sacrés, il provient de la tradition et représente la mort de JOSEPH. JÉSUS bénit son père nourricier, agonisant. MARIE, mains jointes, est en prière au chevet de son époux. JOSEPH tient un lys, symbole de pureté.

Les sujets des vitraux latéraux du chevet ont été choisis en fonction de la destination votive des chapelles latérales : la SAINTE-VIERGE au nord, la Sainte Famille au Sud. Ils sont donc en harmonie avec les bas-reliefs contemporains qui ornent les murs : l’Adoration des Bergers dans la chapelle mariale, la Fuite en Egypte guidée par JOSEPH, au sud.

Œuvres du sculpteur Jean-Marie BONNASSIEUX, les deux bas-reliefs sont datés de 1882.



Réagir


CAPTCHA