Les otages du 14 juin 1940

 

un cliché SEHT, juin 2000 La stèle actuelle a été modifiée.

BEAUGRAND Adrien, Camille, Henri

Âgé de 56 ans, Adrien, Camille, Henri Beaugrand habitait Villepinte, avenue Henri IV. Il exerçait le métier de typographe.
Père de deux enfants, il habitait le Vert-Galant, quartier qui avait encore une identité village très forte. Tous les habitants se connaissaient, aussi le drame du 14 juin a-t-il été ressenti douloureusement par toute la population. Le traumatisme fut d'autant plus conséquent que la plupart des victimes habitaient dans un périmètre réduit. L'avenue de la gare compta trois victimes, l'avenue Massenet deux. Les autres rues touchées étaient également très proches* :
"Vous savez, on a été tous bouleversés parce qu'il y avait cette amitié, une ambiance, on se côtoyait plus facilement que maintenant. Il faudrait leur faire honneur à ces pauvres gens qui ont été fusillés ou qui ont été déportés parce que vraiment ils ne méritaient pas ces' choses-là. C'étaient des gens tous formidables, des gens travailleurs, des gens honnêtes."

Extrait du témoignage de Mme Dunouvion née Derquenne, bulletin n° 24 de la S.E.H.T.

*cette particularité d'appartenance à une communauté à forte identité dont tous les membres se connaissent est valable pour tous les otages de Villepinte. Nous ne la répéterons pas à propos des autres victimes.

 

 
acte  décès

BEAUGRAND Adrien, Camille, Henri

 
   

 

BŒUF Clotaire, Georges
Âgé de 44 ans, employé des Postes, en qualité de télégraphiste, Georges, Clotaire Bœuf habitait Villeparisis, secteur tenu par la 44e Division d'Infanterie. Le commandement allemand a pris soin de sélectionner ses victimes afin que toutes les villes riveraines du canal de l'Ourcq où l'on s'était battu, soient touchées par la répression.

 
   
   

 

BONTEMPS Roger, Paul, Gaston

Âgé de 38 ans Roger, Paul, Gaston Bontemps habitait au n° 38 avenue de la gare, à Villepinte. Il exerçait le métier de tôlier. C’est la partie du Vert-Galant située au nord du canal de l’Ourcq qui a payé le plus lourd tribut, à la barbarie nazie du 14 juin. Bloqués dans leur quartier par les combats, les résidents du quartier ont constitué une proie facile pour leurs tortionnaires, tandis que les habitants du sud du Vert-Galant ont pu fuir le quartier.

 

 
   
   

 

CHAUVET Marcel

Âgé de 22 ans Marcel Chauvet habitait Mitry-Mory, avenue de Navarre à Mitry-le-Neuf,  quartier issu du même lotissement  que celui du Bois Saint-Denis à Tremblay. Il exerçait la profession de peintre en lettres.
Marcel Chauvet est le plus jeune des suppliciés. Les hommes en âge de porter les armes étant mobilisés, c'est une majorité de quadragénaires et quinquagénaires qui font été raflés, à l’aube du 14 juin.  

 

 
   
   

DESBRÉE Léon, Joseph

Âgé de 80 ans, Léon, Joseph DesbrÉe fut le doyen du groupe des suppliciés. Domicilié avenue Sully à Villepinte, il était menuisier. Il est étonnant que son grand âge n’ait pas détourné de lui la fureur de ses tortionnaires.

 

 
   
   

DESCOMBE Jean, Joseph

D’origine savoyarde, Jean Joseph DESCOMBE était âgé de 55 ans. Il exerçait la profession de manœuvre  et habitait avenue Blanqui, à Villepinte.

 

 
   
   

DIDIER Gaston, Georges

Âgé de 52 ans Gaston, Georges DIDIER exerçait le métier d'employé de bureau. Il travaillait à la Compagnie d'assurances l'Urbaine. Employé ponctuel et discret, il habitait boulevard Charles Vaillant à Tremblay.
Sa fille a laissé le récit de son arrestation :
On avait passé la nuit à la cave et on n'en était sorti que le lendemain matin vers7heures et demie. Mon père était sur le pas de la porte en train de parler avec un voisin, M. Delchef qui allait chercher de l'herbe pour ses lapins. C'est alors qu'un Allemand est arrivé. Il leur a dit de le suivre mais il s'est retourné vers ma mère et moi en disant: "Les femmes à la maison!" Mon père est donc parti avec l'Allemand et le voisin, et au bout de la rue, ils ont tourné à droite. On n'a rien su de la journée. On a bien entendu tirer, mais les gens disaient qu'on tirait sur les chiens. Alors, quand même, le soir, je suis allée jusqu'au passage à niveau. J'ai amené la veste de mon père, car évidemment, il était parti comme ça ... J'ai rencontré un Allemand. Il m'a dit: "Les prisonniers...Rentrer demain!" En fait ce n'est qu'un mois plus tard qu'on a su la vérité.

Témoignage de la fille de M. Gaston, cité d'après Alain GuérinLa Résistance, chronique illustrée 1930-1950, club Diderot 1973.

 

 
   
   

ÉVAIN Léon, Alphonse, Léonard

Âgé de 60 ans, Monsieur Évain habitait Villepinte, avenue des Nymphes. Il exerçait le métier de manœuvre. Très attaché à la vie de famille il était un délicieux grand-père dont la petite fille se souvient avec émotion:
Il nous accompagnait à l'école quand il y avait de la neige. Il était un grand-père tellement attentif! tellement gentil! Tous les matins il se levait très tôt et il allait à la boulangerie, dans le centre du Vert-Galant. Nous habitions avenue de Sully, tout près de chez eux. Lorsque nous passions devant chez lui, ma grand-mère était déjà à la porte avec deux petits paquets pour ma sœur et moi. Chacune avait son croissant. Mon grand-père nous emmenait chaque année à lafête de la Saint Hubert, dans le bois du Vert-Galant, afin de nous faire admirer les beaux chasseurs tout de rouge et noir vêtus, avec leurs superbes cors étincelants.

Extrait du témoignage de Mme Muller, petite-fille de M. Évain. bulletin n° 23 de la S.E.H.T, pages 22 et 23.

 
   
   

 

GUIFFARD Gaston, Victor, Alain

Âgé de 40 ans, Gaston, Victor, Alain Guiffard habitait Villepinte, avenue Massenet. Il exerçait le métier de charbonnier. Nous avons connu l'un de ses fils, récemment décédé en 1999. Très marqué par l'événement qui avait fait de lui un orphelin, il était présent aux cérémonies commémoratives, bien qu'il habitât en province.

 

 
   
   

LARSONNIER Achille, Joseph

Âgé de 63 ans, Achille, Joseph Larsonnier habitait Villepinte, avenue Massenet. Il exerçait le métier de manœuvre.

 
   
   

MASSON André, Eugène
Âgé de 59 ans, André, Eugène MASSON habitait au sud du canal, avenue de Villeparisis à Tremblay-lès-Gonesse, actuelle avenue Pierre Colongo de Tremblay-en-France.  Il exerçait la profession de gérant.

 
   
   

LES FRÈRES ROCHE
Les frères Roche habitaient avenue de la gare, tout près du nœud  des combats du 13 juin.

ROCHE  Jacques, Arthur
Jacques, Arthur ROCHE était un enfant de la balle, né à Revel, en Lettonie. Sa famille avait voyagé dans toute l’Europe, avec le cirque des frères ROCHE. Il était âgé de 44 ans et présentait un numéro de perchiste, dans les cabarets de Paris.

 
   
   

ROCHE Curt, Walter
Âgé de 42 ans, Alexandre, Curt, Walter ROCHE,  était né à Berlin. Son lieu de naissance  aurait pu lui valoir la sympathie de ses bourreaux, mais ceux-ci n’aimaient pas les gens du voyage et sa qualité d’artiste était sans doute à leurs yeux une circonstance aggravante. Acrobate professionnel, il était le partenaire attitré de son frère aîné.
Les deux frères étaient engagés dans le mouvement associatif et encadraient les jeunes du quartier, au sein patronage Laïque.
« Ils donnaient des cours de gymnastique au patronage laïque. C'étaient des artistes acrobates de music-hall. Ils étaient perchistes. Ils travaillaient avec leurs femmes. L'une d'elles faisait des caricatures sur scène. »
 « C'étaient des gens qui s'occupaient de sport. Ils s'occupaient de la jeunesse du Vert-Galant
(…)On en a beaucoup entendu parler dans le Vert-Galant, parce qu'ils avaient fait beaucoup de bien pour tous les citoyens du Vert-Galant. »
"Extrait du témoignage de M. Georges Antoine Burger, Interné dans un camp en Allemagne à 16 ans, bulletin n° 16 de la S.E.H.T, pages 32 à 35.

 

 
   
   

ZANON Joseph

Âgé de 31 ans, Joseph ZANON était d’origine italienne. Fils de Angelo Zanon et Angela Jachelini, il était né à Rabbi, Italie. Il exerçait le métier de menuisier.

 

 
   
   

ZECHETTI Albert

Fusillé avec les otages du deuxième groupe Albert Zechetti survécut à ses blessures.
Il était derrière le comptoir de son petit café, où il lavait ses verres. Les Allemands sont rentrés, ils l'ont emmené et l'ont fusillé avec tous les autres otages. Albert était un Monsieur de nationalité italienne qui connaissait les usages de l'armée austro-germanique. Il savait que dans l'armée allemande on ne donnait le coup de grâce qu'à ceux qui n'étaient pas morts. Il n'était pas mort, il a fait le mort.
Lorsque les Allemands ont abandonné leur charnier et sont partis, il est rentré chez lui par le chemin du Loup.(…) Il avait reçu une rafale dans le ventre. Albert était très mutilé, mais il n'en faisait jamais état et il a repris ses activités tout simplement. Albert était un héros tout simple. Une victime, un martyr.

 

 
cliché SEHT, d'après les archives de Marcel MULLER  
   

 



Réagir


CAPTCHA